jeudi 3 avril 2014

l'Opéra de Paris visiter par moi, gros coup de cœur !

Opéra de paris (81)

 

 

 

L' Opéra de Paris est le principal opéra compagnie de la France. Elle a été fondée en 1669 par Louis XIV comme Académie d'Opéra , et peu de temps après a été placé sous la direction de Jean-Baptiste Lully et officiellement Rebaptisé Académie Royale de Musique , mais a continué à être connu plus simplement comme l' Opéra . ballet classique que nous connaissons aujourd'hui est née dans l'Opéra de Paris comme l'Opéra de Paris et est resté une partie intégrante et importante de la société. Actuellement appelé Opéra National de Paris , il produit principalement des opéras à son théâtre de siège de 2700 moderne Opéra Bastille qui a ouvert en 1989, et des ballets et des opéras classiques au plus siège-1970 Palais Garnier qui a ouvert en 1875. Petite échelle et des œuvres contemporaines sont également organisées dans le siège de 500 Amphithéâtre sous l'Opéra Bastille.

Le budget annuel de l'entreprise est de l'ordre de 200 millions d'euros, dont 100 millions proviennent de l'Etat français et 70 millions de recettes au box office.  Avec cet argent, la société gère les deux maisons et prend en charge un personnel permanent, qui comprend l' orchestre de 170, un chœur de 110 et le corps de ballet de 150.

Chaque année, l'Opéra présente environ 380 spectacles d'opéra, de ballet et d'autres concerts, devant un public total d'environ 800 000 personnes (dont 17% viennent de l'étranger), qui est un très bon taux d'occupation de siège moyenne de 94%.  Dans la saison 2012/13, l'Opéra présente 18 titres d'opéra (deux dans un programme double), 13 ballets, concerts symphoniques 5 et deux récitals de chant, plus de 15 autres programmes. Les organismes de formation de l'entreprise sont également actifs, avec 7 concerts de l'Atelier Lyrique et 4 programmes de l'École de Danse.

 

 

lien externe 

ATT000~11211

 

http://en.wikipedia.org/wiki/Paris_Opera

 

 

Posté par CASSANDRA78 à 17:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


Léopold et Rudolf Blaschka maître verrier allemands

photo

Léopold et Rudolf Blaschka

 

Léopold Blaschka (né le 27 mai 1822 et décédé en juillet 1895) et son fils Rudolf Blaschka (né le 17 juin 1857 et décédé le 1er mai 1939) étaient des artisans verriers allemands connus pour leurs réalisations de représentations en verre du monde floral et animal.

Biographie de Léopold

Léopold Blaschke est né à Český Dub, ville du nord de la Bohême en République tchèque dans une famille originaire de Antoniwald des monts de la Jizera, région connue pour son industrie du verre, des métaux et des pierres précieuses1. La famille avait également vécu dans l'industrie des verreries de Venise.

Enfant, Léopold montrait déjà une habileté artistique et était apprenti chez un orfèvre et tailleur de pierres précieuses. Ensuite il rejoignit l'entreprise familiale, laquelle produisait des ornements en verre et des prothèses oculaires. Il développa une technique qu'il appela filage de verre, qui lui permettait la fabrication d'œuvres en verre de grande précision et finement détaillés.

Léopold Blaschke fit latiniser son nom de famille en Blaschka et orienta l'entreprise vers la fabrication de prothèses oculaires.

En 1853, en raison d'un mauvais état de santé, un voyage en mer fut prescrit à Léopold Blaschka. Il fit un voyage aux États-Unis et retour. Il profita de son temps libre pour étudier et dessiner des animaux marins invertébrés.

Premières œuvres

Rudolf, le fils de Léopold, naquit en 1857. La famille s'installa à Dresde afin de donner à leur enfant des meilleures opportunités d'éducation1. Léopold commença à fabriquer des œuvres en verre représentant des fleurs exotiques qu'il avait vues dépeintes dans des livres. Le prince Camille de Rohan entendit parler de son travail et lui commanda 100 modèles d'orchidées pour sa collection privée 1863, le Muséum Senckenberg de Dresde (le Museum für Tierkunde) commanda à Léopold la réalisation de douze exemplaires d'anémones de mer. Bien que ces projets étaient basés sur des dessins dans des livres, Léopold utilisa rapidement ses propres dessins pour reproduire des exemplaires très détaillés d'autres espèces animales 1 et sa renommée prit rapidement de l'ampleur2.

Léopold Blaschka commença à vendre des représentations d'invertébrés marins aux musées, aux aquariums, aux universités et à d'autres corps enseignants qui souhaitaient une aide visuelle mais qui ne savaient pas conserver ces animaux de façon satisfaisante. . Cette méthode présentait une grande amélioration dans la représentation des animaux qui jusqu'à ce moment étaient présentés sous forme de dessins, calandragesphotographies et réalisations en papier mâché ou en cire. Progressivement il étendit son champ de travail à l'étude des animaux marins de la Mer du Nord, de la Mer baltique et de la Mer Méditerranée et plus tard il fit construire un aquarium à son domicile afin de maintenir en vie des spécimens qui lui servaient de modèle.

Production de fleurs en verre

Les Blaschka utilisaient un mélange de verre clair et de verre coloré et utilisaient parfois un fil métallique servant de support pour produire leurs modèles. De nombreuses pièces étaient peintes, ce travail étant entièrement confié à Rudolf3. En vue de représenter des plantes qui n'existaient pas dans les environs de Dresde, Léopold et Rudolph étudièrent les collections de plantes exotiques du Château de Stillnitz  ainsi qu'au jardin botanique de Dresde (Botanischer Garten der Technischen Universität Dresden). Ils cultivèrent également des plantes issues de graines envoyées des États-Unis.  En 1892, Rudolf parti en voyage dans les Caraïbes et aux États-Unis afin d'étudier plus de plantes. Il ramena de nombreux dessins très détaillés et de nombreuses notes.

En 1895, Rudolf fit un second voyage vers les États-Unis. Léopold Blaschka mourut durant le voyage de son fils. Rudolf continua à travailler tout seul. Au début du vingtième siècle, Rudolf trouvait qu'il ne lui était plus possible d'acheter du verre d'une très bonne qualité, il commença alors à produire son propre verre.

Rudolf continua à réaliser des modèles en verre jusqu'en 1938. A l'âge de 80 ans, vieux et fatigué, il annonça qu'il se retirait. Ni lui ni son père n'avaient formé un apprenti et Rudolf ne laissait pas de successeur1. Rien que pour Harvard, Léopold et Rudolf avaient réalisé plus de 3 000 modèles de plantes de 780 espèces différentes, toutes à taille réelle et finement détaillés.

Les œuvres de Léopold et Rudolf Blaschka sont conservées dans différentes universités et musées d'histoire naturelle, notamment au :

  • Muséum d'histoire naturelle de Genève (Suisse)
  • Boston Science Museum, Boston (États-Unis)
  • Harvard Museum of Natural History, Cambridge, Massachusetts (États-Unis)
  • Hancock Museum, Newcastle upon Tyne, (Grande-Bretagne)
  • Aquarium-Muséum de Liège (Belgique)

800px-Blaschka_4

 

 

2366746988_975ed466b0

 

 

 

3494817866_dcf2ba9b81

 

 

blaschka-cornell-warmus-004

 

 

GlassFlowers1HMNH

 

 

 

glass-flowers-harvard-museum-natural-history-853-large_slideshow1

 

 

Leopold and Rudolf Blaschka-'s glass models of aquatic creatures

 

 

Model774

 

Rudolph%20and%20Leopold%20Blaschka_%20Sympodium%20Laeryleum_Detail

 

Liens externes 

ATT000~11211

 

 

Posté par CASSANDRA78 à 14:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 26 mars 2014

Jodi harvey-Brown... artiste sculpteur sur papier... époustouflant !!!

livres-sculptes1

livres-sculptes2

livres-sculptes3

livres-sculptes4

livres-sculptes5

Une artiste sculpte ses livres pour illustrer les magnifiques histoires qu’ils contiennent

 

Avec l’arrivée des nouvelles technologies et du livre électronique, les bouquins pourraient bientôt devenir obsolètes. Une artiste américaine a trouvé une façon de leur donner une nouvelle vie, en sculptant leurs pages afin qu’elles illustrent les histoires qu’elles contiennent. On vous fait découvrir ses incroyables créations !

Tout a commencé le jour ou Jodi Harvey-Brown n’a pu résister à l’envie d’acheter de vieux grimoires dans une bibliothèque d’occasion. Elle plie, tord et sculpte les livres. D’après Jodi, les livres que nous aimons lire doivent être déployés pour prendre vie. Comme si les personnages sortaient des pages pour nous raconter eux-mêmes l’histoire.

Personnages de fiction bien connus, créatures de mer, monstres, navires et aéronefs sont portés à la vie par l’imagination vive de Jodi et sa grande passion pour la lecture. Pour faire ses magnifiques sculptures, l’artiste utilise également un manteau UV pour protéger les pièces contre le soleil et l’humidité.

 

J'ai été époustouflé par la minutie du travail de Jodi qui illustre en relief le contenu de ces ouvrages !

Et vous, quels livres aimeriez vous redécouvrir de cette façon ?

livres-sculptes6

livres-sculptes7

livres-sculptes8

livres-sculptes9

livres-sculptes10

livres-sculptes43

livres-sculptes45

livres-sculptes51

Posté par CASSANDRA78 à 20:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

samedi 22 mars 2014

BILL VIOLA - Grand Palais

bill-viola-ascension-video_large2

 

 

Bill-viola-grand-palais-going-forth_medium

 

 

 

LIEN EXTERNE 

ATT000~11211

http://slash-paris.com/articles/bill-viola-grand-palais?utm_campaign=members-fr&utm_medium=email&utm_source=weekly-update

 

BILL VIOLA — GRAND PALAIS

 

L’abandon et la totale immersion qu’exige l’œuvre de Bill Viola représentent certainement l’un des défis les plus intéressants relevés ces dernières années par les galeries nationales du Grand Palais, institution qui présente ici sa première rétrospective d’un artiste vidéaste. Une plongée maîtrisée au cœur de cet univers qui donne à l’exposition un air de voyage intérieur.

Posté par CASSANDRA78 à 21:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 19 mars 2014

Artiste chinois Krishinafu

2387653717_small_1

2387655861_small_1

2387659503_small_1

2387660761_small_1

2387662917_small_1

 

2387681881_small_1

2387684961_small_1

2387687485_small_1

 

ATT000~11211son site  Krishinafu

 

Posté par CASSANDRA78 à 16:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


lundi 3 mars 2014

Peintres diverse Charles Edouard , Adrien Moreau Alfred Guillou...

allee

Image1

Image2

Image5

Image4

Image6

Image7

Image10

 

Posté par CASSANDRA78 à 18:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 26 février 2014

Reportage au cœur de l'univers et secret des collectionneurs à voir absolument !

 

SÉRIE COLLECTOR : PHILIPPE D'HÉMERY

Avec ce premier reportage, Slash ouvre sa section Vidéos et propose une plongée au cœur de l’univers secret des collectionneurs. Premier volet d’une série en développement, nous vous invitons au cœur d’une collection aussi exceptionnelle que surprenante, celle d’Elisabeth et Philippe d’Hémery, où l’art contemporain a su émerger d’une catastrophe naturelle.

ATT000~11211

http://slash-paris.com/videos/serie-collector-philippe-dhemery?utm_campaign=members-fr&utm_medium=email&utm_source=weekly-update

Posté par CASSANDRA78 à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

samedi 22 février 2014

Benjamin Shine Saluons son talent !!!

un-artiste-cree-de-sublimes-portraits-avec-fer-a-repasser1

un-artiste-cree-de-sublimes-portraits-avec-fer-a-repasser2

un-artiste-cree-de-sublimes-portraits-avec-fer-a-repasser3

En pliant de simples tissus, Benjamin parvient à créer de magnifiques portraits

 

 

Benjamin est un artiste qui sort des sentiers battus puisqu’il utilise de simples tissus pour exprimer son art. En effet, c’est en les pliant et en les soumettant à de fortes températures qu’il arrive à en faire de sublimes portraits réalistes. DGS vous présente son incroyable talent.

Benjamin Shine est un artiste britannique que toutes les femmes rêveraient d’avoir. Eh oui, pour créer ses œuvres il n’hésite pas à user d’un outil que beaucoup cherchent à éviter à tout prix : le fer à repasser. Il utilise en effet cet objet pour modeler et sculpter du tulle comme bon lui semble, afin de réaliser de sublimes et réalistes portraits. Il précise que cette matière est tout bonnement géniale pour travailler les différents tons et ombrages puisque sa transparence offre plus de texture et de profondeur à ses œuvres

un-artiste-cree-de-sublimes-portraits-avec-fer-a-repasser4

un-artiste-cree-de-sublimes-portraits-avec-fer-a-repasser5

un-artiste-cree-de-sublimes-portraits-avec-fer-a-repasser9

un-artiste-cree-de-sublimes-portraits-avec-fer-a-repasser10

un-artiste-cree-de-sublimes-portraits-avec-fer-a-repasser16

un-artiste-cree-de-sublimes-portraits-avec-fer-a-repasser19

 

 

Le travail de Benjamin est à la fois original et impressionnant. Je salue son talent et nous espérons qu’à l’avenir, il nous offrira des œuvres aussi géniales que celles-ci. Et vous, avez-vous été impressionné par ses œuvres ?

Posté par CASSANDRA78 à 18:14 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

lundi 10 février 2014

Photos de Christophe Gilbert

3182859253_1_4_qhQK1IaN

PHOTOS-Christophe-Gilbert-

3182859253_1_2_BdClXfxI

3182859253_1_6_YslHKcCH

3182859253_1_16_CTFQkIsF

3182859253_1_14_XjKG5oIC

 

Posté par CASSANDRA78 à 23:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 2 février 2014

Je vous emmène à Montmartre où j'ai flâné ça et là ! selon mon cœur, quel coin artistique superbe !!!

DSC_0066

 

 

Montmartre est un ancien village rattaché à Paris en 1860, sur une colline dominant la ville à 130 mètres de  hauteur. Son territoire compose l’essentiel du 18e arrondissement, au nord de Paris et est l’un des plus visités de la capitale. Son nom viendrait soit de Mont-Mars (dieu de la guerre des romains), soit de Mont-Martyrs.

On vient à Montmartre pour se promener dans ses vieilles rues aux charmes d’antan et encore emplies d’artistes, comme la place du Tertre, ou bien la rue Lepic et son café Les Deux Moulins, célèbre depuis le film Amélie Poulain, les bâtiments années 30 de la rue Saint-Vincent... ; mais aussi pour sa dimension religieuse importante.

Montmartre n’est plus un village populaire tel qu’il le fut, et les “bourgeois-bohèmes” (bobos) ont remplacé les artistes-bohèmes. Les bobos entretiennent cependant l’esprit des lieux, même si l’authenticité n’est plus tout à fait au rendez-vous..

 

On peut également y voir :

 

- Le funiculaire de Montmartre, qui permet depuis l’an 1900 de gravir la butte sans fatigue, il est à proximité des métros Abbesses et Anvers.

 

- Le vignoble le plus connu de Paris : et si vous venez visiter Montmartre en octobre, vous aurez la surprise d’y assister à des vendanges ! Cette culture de la vigne n’est pas nouvelle : le dieu Bacchus eut sur la Butte un temple qui lui était dédié ; et les Abbesses possédaient aussi un pressoir près de l’église Saint-Pierre. En 1576, une politique de réduction du nombre de tavernes est mené dans Paris, et ses habitants prennent alors l’habitude de venir à Montmartre dans ces nouveaux cabarets qui éclosent un peu partout. On y sert les vins locaux venant des vignes de Sacalie, la célèbre Goutte d’Or, le Clos Berthaud, la Sauvageonne, la Vigne de Bel-Air.

Mais, avec l’annexion de Montmartre à Paris en 1860, les vignobles disparaissent peu à peu. Gérard de Nerval veut acheter la dernière vigne en 1854.

En 1910, on peut encore voir deux treilles du vignoble de Montmartre rues Damrémont et Lepic.

En 1929, le peintre Francisque Poulbot et quelques amis écrivains et artistes sauvent de l’expansion immobilière un terrain municipal en y plantant quelques ceps de vigne. En 1933, on poursuit la plantation avec plus de trois mille plants de Thomery et trois plans de Morgon.

L’année suivante commence la traditionnelle fête des vendanges qui se poursuit chaque année. Des vedettes y sont invitées.

 Le vin de Montmartre, ses chansons et ses artistes, donnèrent une renommée mondiale aux cabarets de la Butte.

 

 Le cimetière de Montmartre

les tombes, entre autres, de :

André-Marie Ampère (1775-1836), physicien

Henri Beyle dit Stendhal (1783-1842), écrivain

Madame Récamier (1777-1849), salonnière, femme de lettres

Alfred de Vigny (1797-1863), écrivain

Hector Berlioz (1803-1869), compositeur

Théophile Gautier (1811-1872), écrivain

Jacques Offenbach (1819-1880), compositeur

Émile Zola (1840-1902), écrivain (cénotaphe, cendres transférées au Panthéon en 1908)

Edgar Degas (1834-1917), peintre et sculpteur

Georges Feydeau (1862-1921), dramaturge

Louis Jouvet (1887-1951), acteur

Sacha Guitry (1885-1957), acteur, réalisateur de cinéma

Marie Pierre Kœnig (1898-1970), maréchal de France

Henri-Georges Clouzot (1907-1977), réalisateur de cinéma

François Truffaut (1932-1984), réalisateur de cinéma

Yolanda Gigliotti dite Dalida (1933-1987), chanteuse et actrice

Michel Berger (1947-1992), auteur, compositeur et chanteur

 

UN VILLAGE D’ARTISTES

De nombreux artistes vinrent donc y travailler ou s’y installer aux XIXe et XXe siècle, comme Pissarro, Steinlen, Toulouse-Lautrec, Van Gogh, Modigliani, Picasso et beaucoup d’autres, avant que Montparnasse et Saint-Germain-des-Prés, lieux plus centraux dans Paris, les fassent descendre de la Butte Montmartre. Des courants artistiques comme l’Impressionnisme, les Cubisme, Fauvisme, Futurisme, Surréalisme s’y développèrent. 



La Place du Tertre (photo) est aujourd’hui le symbole de cette vie artistique. De nombreux peintres y vendent leurs toiles, à côté des caricaturistes.

 

Le Bateau-Lavoir, au 13, rue de Ravignan, sur une jolie place, fut dès le début du XXe siècle un lieu de réunion pour de nombreux artistes et écrivains. Suite à un incendie en 1970, il fut rasé et reconstruit pour accueillir des artistes étrangers. Maxime Maufra fut le premier à y emménager, en 1892, suivi de peintres italiens et espagnols dont Paco Durio. Picasso y resta de 1904 à 1909, et il garda son atelier ici jusqu’en 

 

1912. Sa période rose fut développée ici, le Repas Frugal (1904) ou les Demoiselles d’Avignon (1909). Il y voyait Braque régulièrement, Guillaume  Apollinaire qui écrivait des articles sur lui et son groupe d’amis. Nombre d’autres, comme Modigliani, mais aussi les poètes Mac Orlan, André Salmon et Max Jacob, y habitèrent.

 

 

LES CABARETS DANS L’HISTOIRE

- Le Lapin Agile : 4, rue des Saules, est le seul survivant des cabarets montmartrois. En 1860, ce n’est qu’une guinguette Au Rendez-vous des voleurs qui devint le Cabaret des Assassins puis le Lapin Agile grâce à l’enseigne d’André Gill (1880) (aujourd’hui au musée de Montmartre).

 

- Le Chat Noir : le plus connu d’entre eux, fut ouvert en 1881 par Rodolphe Salis, d’abord rue Rochechouart, puis au 12, rue Laval, aujourd’hui devenue la rue Victor Massé. Un théâtre d’ombres, grâce aux peintres Henri Rivière et Caran d’Ache, présentait plus de quarante pièces dont L’Epopée et Ailleurs. Des zincs sont conservés au Musée de Montmartre ainsi que le tableau que Sallie avait commandé à Willette : le Parce Domine (1884).

   

- Le Divan Japonais : Il fut tenu de 1883 à 1892 par le poète Jehan Sarrazin, puis par le fantaisiste Maxime Lisbonne. C’est dans cet établissement que fut applaudie Yvette Guilbert pour la première fois.

Et aussi : Le Mirliton, Le Ciel, L’Enfert, Le Néant, Les Quat’Z’Arts... étaient les hauts lieux des nuits artistiques de Montmartre au début du XXe siècle.

 

LES CABARETS ACTUELS : 

 

- Le Moulin Rouge : célèbre de part la monde, l’inventeur du French Cancan est au pied de la Butte Montmartre depuis 1889.

82 bd de Clichy - 01 53 09 82 82 

Voir la note détaillée sur notre page Paris Folieswww.moulinrouge.fr

 

- Le Tire-Bouchon : 9 rue Norvins - Tél : 01 42 55 12 35

Près de la place du Tertre.

 

- Chez Michou : Le célèbre cabaret de transformistes

80 rue des Martyrs  01 46 06 16 04    www.michou.com

 

 

cabaret

Posté par CASSANDRA78 à 20:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :