samedi 22 mars 2014

BILL VIOLA - Grand Palais

bill-viola-ascension-video_large2

 

 

Bill-viola-grand-palais-going-forth_medium

 

 

 

LIEN EXTERNE 

ATT000~11211

http://slash-paris.com/articles/bill-viola-grand-palais?utm_campaign=members-fr&utm_medium=email&utm_source=weekly-update

 

BILL VIOLA — GRAND PALAIS

 

L’abandon et la totale immersion qu’exige l’œuvre de Bill Viola représentent certainement l’un des défis les plus intéressants relevés ces dernières années par les galeries nationales du Grand Palais, institution qui présente ici sa première rétrospective d’un artiste vidéaste. Une plongée maîtrisée au cœur de cet univers qui donne à l’exposition un air de voyage intérieur.

Posté par CASSANDRA78 à 21:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


mardi 3 septembre 2013

Claire Tabouret

Danslesbois_BD_large

Claire Tabouret, Dans les bois, 2013Acrylique sur toile — 170 × 230 cm Courtesy of the artiste & Galerie Isabelle Gounod, Paris

 

Claire Tabouret


Prosôpon

Dans 8 jours : 7 septembre → 31 octobre

 

Elle travaille à partir de photographies, aussi bien des archives personnelles ou des archives anonyme récoltés au fil des ses recherches . Elle s'empare de figure figées. Dans un espace -temps  indéfinissable, pour avancer une nouvelle lecture  de leurs présences et de leur apparences.

 

 13, rue Chapon

75003 Paris

T. 01 48 04 04 80 — F. 01 48 04 04 80

ATT000~11211

 

www.galerie-gounod.com

Arts et Métiers

 Rambuteau

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h
Et sur rendez-vous

 

Posté par CASSANDRA78 à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 26 juillet 2013

5ième Edition du challenge Alari ! Venez nombreux

88607470_p

 

ENCORE UNE EXPOSITION A NE PAS MANQUER

POUR LES ARTISTES ET POUR LES VISITEURS

 

MERCI POUR EUX - VENEZ NOMBREUX

 

CHALLENGE ALARI 2013 : LANCEMENT DES INSCRIPTIONS

24 février 2013, 10:29

Cette fois c'est parti !!!

J'ouvre donc officiellement les inscriptions pour le Challenge 2013 et comme à l'habitude ... avec une seule exigence : convivialité, sens du partage, sourires et bonheur d'être présent !!!

 

Les artistes omnibulés par la vente ... soyez gentils .... restez chez vous !!!

 

Je persiste et signe : à mes yeux une expo collective doit être une fête, un bonheur de communiquer entre artistes ... en bref ...

 du bonheur tout court !!!

Ceux qui me connaissent savent à quel point je peux m'investir alors ... les rouspétances pour 10 ou 20 cm de moins que le voisin, pour un défaut de lumière ( que je tenterai de régler cette année), pour le simple fait que le public ne s'arrête pas devant un emplacement ( eh oui ... ça va jusque là) ... je n'en veux plus !!!

L'impossible sera fait pour vous contenter mais je ne suis pas Dieu et à l'impossible, nul n'est tenu !!!

 

Ceci étant clarifié, je signale que tous ceux qui avaient manifesté leur envie de participer ont reçu leur mail avec les infos !!!

Si ( ce qui est probable) ils répondent tous positivement ... sachez que 70 % des places sont déjà prises !!!

Ne tardez donc pas à me faire un mail à cette adresse : alarisband@gmail.com pour les recevoir au plus tôt.

 

L'an dernier, le challenge ce fut :

 102 artistes , 1000 visiteurs ,  environ 25 ventes de toiles,  4 lauréats se partageant  650 € de prix en espèces

ET ... LE PLUS IMPORTANT ... DES ECLATS DE RIRE, DES SOURIRES, DES AMITIES NAISSANTES ET DES CONTACTS A PROFUSION !!!!

 Les dates : 14 & 15 septembre 2013  ( accrochage le vendredi 13 ... porte chance ??? )

Le lieu : UN superbe cadre : L'ABBAYE DE BROGNE, 3 Place de Brogne, ST-GERARD     www.brogne.be

 Artistiquement vôtre

 

Alain 

 

46999_4770819621611_1825261977_n

Posté par CASSANDRA78 à 20:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 18 juillet 2013

Roy Lichtenstein

Crying_Girl_large

Roy Lichtenstein

Encore 4 mois : 3 juillet → 4 novembre 2013

À travers une sélection exceptionnelle de plus d’une centaine d’œuvres majeures, le Centre Pompidou présente la première rétrospective complète de l’œuvre de Roy Lichtenstein en France.

Cette exposition invite le visiteur à poser un nouveau regard sur cette figure emblématique du pop art américain en allant, précisément, « au-delà du pop » et à découvrir en lichtenstein l’un des premiers artistes postmodernes. de ses premières œuvres iconiques inspirées par les comics et la culture populaire des années 1960, aux travaux dialoguant avec les grands maîtres de la peinture moderne ou avec l’art classique, ce parcours éclaire les moments forts de la carrière d’un artiste phare de la seconde moitié du XXe siècle.

Roy Lichtenstein, Sunrise [lever de soleil], 1965 Huile et Magna sur toile — 91,4 × 172,7 cm Collection particulière © Estate of Roy Lichtenstein New York / ADAGP, Paris, 2013

Peintre pop, Roy Lichtenstein est aussi un véritable expérimentateur de matériaux, un inventeur d’icônes mais aussi de codes picturaux brouillant les lignes de partage entre figuration et abstraction, entre picturalité et objet tridimensionnel. Sa pratique précoce de la sculpture et de la céramique, ainsi que sa passion pour l’estampe, nourrissent et prolongent constamment son travail de peintre. Amateur érudit d’art moderne, fasciné notamment par Picasso, Matisse, Léger — qu’il cite à diverses reprises dans ses œuvres — Lichtenstein renoue, à la fin de sa vie, avec les genres traditionnels de la peinture classique : le nu, la nature morte, le paysage.

La force de l’art de Lichtenstein, c’est aussi, enfin, cette distance amusée, critique, mais jamais cynique qui lui est propre et qui le caractérise tout au long de sa carrière. Un aspect que l’exposition invite également à redécouvrir.

La présence renforcée de sculptures et de gravures distingue la présentation parisienne de celles de l’Art Institute de Chicago, de la National Gallery de Washington et de la Tate Modern de Londres. L’exposition proposée au Centre Pompidou dévoile l’exceptionnelle inventivité technique et artistique de Lichtenstein à travers un corpus d’œuvres pour la plupart encore jamais montrées en France.

 

Sunrise_medium

Posté par CASSANDRA78 à 02:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 30 mai 2013

Vincent Mauger

onde_large

Vincent Mauger, des abscisses désordonnées
© Vincent Mauger


Hospitalités
Micro Onde, centre d’art de l’Onde
Dans 2 jours : Samedi 1 juin 2013 à 11:30

 

VINCENT MAUGER, DES ABSCISSES DÉSORDONNÉES
Au cœur du bâtiment de l’Onde, l’agencement sculptural proposé par Vincent Mauger renverse les perceptions qu’on a des lieux et de l’espace et les met sous tension. À partir d’une compilation d’œuvres autonomes, de nouvelles productions et d’œuvres conçues in situ, l’artiste dessine les contours d’un nouvel environnement où le matériau est amplifié dans de fascinants volumes. L’accumulation ou l’enchevêtrement d’un même élément brisé, scié, découpé, crée un rythme inattendu qui joue de vides et de pleins où le regard et le positionnement physique du spectateur est central pour appréhender l’œuvre.
Toute la poésie de Mauger réside dans une ambivalence matérielle : ses lourdes sculptures façonnées par la main et l’outil renvoient toujours à une esthétique de l’instable et de la fragilité.


RENDEZ-VOUS
• 10h : Rdv à l’entrée principale du RER C station Invalides. RER C direction Versailles Château Rive Gauche. Interventions & performances de Dector et Dupuy dans le temps du parcours.
• 11h30 : Rdv à Micro-Onde, centre d’art de l’Onde pour la visite de l’exposition de Vincent Mauger des abscisses désordonnées.
• 12h30 : Déjeuner au café de l’Onde.


Dans le cadre de :

Hospitalités — 31 lieux d’art contemporain
Exposition 25 mai → 6 juillet
Hospitalité est un événement d’art contemporain biennal, organisé par le réseau Tram à travers l’Île-de-France. La quatrième édition de cette importante manifestation explore notamment les questions liées au déplacement, aux territoires et aux réseaux. Elle esquisse aussi une nouvelle cartographie de l’Île-de-France, affirmant ainsi sa dimension métropolitaine.
8 bis, avenue Louis Bréguet
78140 Vélizy-Villacoublay
T. 01 34 58 19 92 — F. 01 34 58 03 36

ATT000~11211


Site officiel : lien externe http://www.londe.fr/
Horaires
Du mardi au vendredi de 13h à 19h
Le samedi de 10h à 16h
Les soirs de spectacles, ouverture 1h avant la représentation, lien externe  

ATT000~11211


http://www.slash.fr/fr/lieux/micro-onde

Posté par CASSANDRA78 à 09:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


jeudi 16 mai 2013

Sciences et Fictions

SCIENCES_FICTIONS_BENARD_OK_original_large

Tom Bénard, Sans titre, 2012Maquette, Impression 3D — Dimensions variables Courtesy of the artist & Galerie de Roussan, Paris

Sciences et Fictions

Commence aujourd’hui : 16 mai → 15 juin 2013

L’exposition Sciences et Fictions est une réflexion sur le partage des connaissances entre deux mondes réputés opposés, ceux des sciences modernes et des fictions narratives qui s’en inspirent, ainsi que sur le passage des constructions imaginaires de l’un à l’autre.

Onze artistes ont décliné ce thème pour huit œuvres montrées à la galerie de Roussan qui adoptent des formes très diverses : installation, vidéo, sculptures ou livres, illustrés ou non. Les propositions peuvent être une exploration futurologique de notre présent, la mise en perspective à partir de références littéraires des changements de nos sociétés et de nos aspirations, l’extrapolation à partir des outils qui constituent notre environnement technologique de dystopies littéraires ou le voyage dans un monde humain rendu neutre et prêt à être réinvesti selon nos désirs.

Dans Cyborgs dans la brume, à la fois document et fiction vidéo, Gwenola Wagon etStéphane Degoutin vont à la découverte d’un territoire géographique et sociétal, scientifique et technologique, réel et imaginaire qui extrapole les fictions devenues notre réalité. Cette cartographie au scalpel d’une rue de Seine Saint-Denis révèle à la fois les industries cachées dans des bâtiments désincarnés et anonymes, la trame hétéroclite des populations qui l’occupent ou de mystérieux chercheurs transhumanistes qui mettent en œuvre un saut anthropologique forcé par la technologie. La machine, symbole éminent des sciences modernes, est partout, la ville est elle-même devenue une grande machinerie dans laquelle quelques humains cherchent encore frénétiquement la transcendance.

La sculpture de Tom Bénard fait également référence au Transhumanisme. Retournant leur proposition de modification de l’humain par la machine, c’est ici l’organique qui prend le dessus. Le bâtiment qu’il a conçu est comme une entité matricielle dans laquelle les humains joueraient le rôle d’organes en même temps qu’ils y sont protégés. Il s’agit donc d’un organisme dans lequel on peut différencier des parties mais qui, isolées, n’ont aucun sens. Il en a fait une maquette à l’aide d’une imprimante tridimensionnelle, elle-même sorte de « machine à répliquer » semblant issue de la science-fiction, actuellement source de spéculations, le fantasme de duplication par synthétisation de tout objet par quiconque, mettant fin à l’industrialisation.

Marion Laval-Jantet et Jean-Sébastien Guiliani créent, dans leur bande dessinéeFreepolis, une histoire se déroulant en Afrique équatoriale dans un monde futur où la puissance des plantes comme pharmacopée est devenue un enjeu majeur. Sorte de monde d’après le Seed Vault du Svalbard, cette « chambre forte mondiale de graines » issues de toutes les agricultures terriennes ultra sécurisée, dont le but reste énigmatique sauf en prévision d’une catastrophe majeure. C’est aussi l’occasion d’interroger les relations que nos sociétés rationalisantes et scientistes entretiennent avec les cultures qui comptent l’invisible comme partie de leur monde tangible et qui ont développé des rituels initiatiques pour y accéder, notamment à l’aide de psychotropes naturels rares, en l’occurrence, une orchidée.

C’est à la mesurabilité de notre monde que s’intéressent Lily Hibberd et David Guez. Celle-ci transforme un morceau de bois trouvé dans son jardin en sculpture de bronze. Mètre-étalon d’un genre nouveau, mesure de la nécessité intérieure, qui est pur et libre désir ; c’est aussi un objet fantasque : mètre mais partagé en segments de six centimètres, géométrie précise et absurde à la fois. Pataphysique duchampienne, bien sûr, et également réminiscence des heures passées par l’artiste au Musée des Arts et Métiers dans l’hermétisme d’expériences, désuètes par les outils d’époque et d’autant plus fascinantes dans leur dextérité à déployer un décodage ( un codage ? ) du monde physique.

David Guez s’interroge aussi sur la tangibilité de la mesure quand on passe du kilo octet — la mesure du monde numérique — aux étalons historiques, et envisage la réification de la dématérialisation par l’informatique dans des objets artistiques qui offrent un pont conceptuel entre le virtuel et le matériel.

Avec 84 DoorsBaden Pailthorpe expérimente la confusion et la perte de signification à travers le concept de novlangue. Google Translate est utilisé pour traduire des occurrences du roman 1984 de George Orwell, dans les 58 langues proposées à la traduction puis à nouveau en anglais, faisant apparaître les erreurs et équivoques que cette tentative algorithmique de traduction globale et automatisée produit. En retour, l’artiste rend visible dans un étrange diagramme l’effet artistique qu’il a lui-même produit en appliquant ce processus au premier paragraphe du roman, qui devient aussi un nouveau livre, relecture absurde du texte original.

C’est également une référence littéraire qui est à la source de la Stèle de Sandra Aubryet Sébastien Bourg, puisque l’inscription sur cette plaque de granit est la dernière phrase d’une nouvelle des Chroniques martiennes de Ray Bradbury — la planète leur appartenait mais « que signifiait exactement de posséder un monde ? ». Les artistes semblent à la fois poser la fin des mondes quand on les explore dans une manière de pierre tombale et expliciter que le temps de l’entendement est beaucoup trop long pour être compatible avec la frénésie de l’exploration.

Ludovic Duchateau propose une œuvre multiforme puisqu’il s’agit à la fois d’une installation composée d’objets construits — des valises contenant des objets à manipuler — et d’un lieu où les utiliser, de performances participatives auxquelles sont conviés les spectateurs, et de photographies. Chaque samedi, il propose sur rendez-vous d’explorer un monde que nous construirons nous-mêmes avec ces objets qu’il souhaitait « les plus transparents possibles, comme un écran » pour mieux y déployer notre imaginaire enfin débarrassé de toutes les strates de fictions additionnelles qui ne nous appartiennent pas en propre. Comme un jeu pour des adultes qui jouent sans plus connaître les règles, une boîte de constructions archétypales pour compositions abyssales.

L’exposition Sciences et Fictions fait partie d’un projet de recherche du département Art plastiques de l’Université Paris 8 ; il est soutenu par le Labex Arts-H2H. Il se compose cette année de cette exposition et d’une journée de colloque à la Gaîté Lyrique, le 21 mai.

Manuela de Barros

Vernissage Jeudi 16 mai 18:00 → 21:00

 

10, rue Jouye-Rouve
75020 Paris

 LIEN EXTERNE 

ATT000~11211

www.galeriederoussan.com

Belleville

Pyrénées

Horaires

Du mardi au samedi de 14h à 19h Et sur rendez-vous

 

Posté par CASSANDRA78 à 22:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 14 mai 2013

Exposition MURANO

IMAGES-GROS-PLAN7-974x283

MURANO 

UNE EXPOSITION INEDITE DU 27 MARS AU 28 JUILLET 2013

FRAGILE – MURANO

CHEFS-D’ŒUVRE DE VERRE DE LA RENAISSANCE AU XXIe SIECLE

Après Canaletto, le musée Maillol prolonge le séjour à Venise. C’est en 1453, que les verriers vénitiens développent une technique du verre qui permet un rendu de la matière fine et claire (cristallo) telle qu’on la connaît aujourd’hui. De chefs-d’œuvre en brevets, ils sont les acteurs et les témoins de six siècles d’histoire.

Deux cents œuvres sont présentées : de la coupe nuptiale en lattimo décorée d’émaux raffinés et miroirs audacieux du XVIe siècle, aux coupes gravées à la pointe de diamant du XVIIe, aux curieux meubles de verre et aux lustres fous des XVIIIe et XIXe siècles, à l’Art nouveau et aux objets du design, véritables signes sociaux de leur époque, jusqu’aux installations des grands artistes contemporains tels que Jean Arp, César, Jean-Michel Othoniel, Jan Fabre, Maria Grazia Rozin, Mona Hatoum  et d’autres.

Sous le haut patronage de la Ville de Venise, avec la participation des Surintendances des musées de Venise, Rome, Naples, Florence et Milan, du Victoria and Albert Museum de Londres, du National Museum et du Museum of Decorative Arts de Prague, du Stiftung Museum Kunstpalast de Düsseldorf, du Kunstsammlungen der Veste Coburg de Cobourg, du Musée des Arts Décoratifs Paris, du Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, du Petit Palais, des plus importantes collections particulières internationales et des artistes contemporains.

catalogue_petit

LIEN EXTERNE 

ATT000~11211

www.museemaillol.com

petites-images6

petites-images7

petites-images9

 

Posté par CASSANDRA78 à 09:27 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

Carlos Bétancourt

DiorWuhanH

Quentin Shih, Dior Wuhan H., 2012Digital Chromogenic Print — 111 × 190.5 cm — Edition of 8Courtesy of the artist & Inception Gallery, Paris

Quentin Shih, Carlos Bétancourt, Marcus Lyon, Miguel Angel Sanchez

 

Encore 19 jours : 9 mai → 1 juin 2013

Carlos Betancourt est né et a grandi à San Juan, Puerto Rico. En 1981, il s’est installé à Miami Beach, en Floride. L’œuvre de Betancourt fait partie de plusieurs collections publiques — le Metropolitan Museum of Art de New York, la Galerie Smithsonian National Portrait à Washington, DC, le Miami Art Muséum, le San Antonio Museum of Art, au Texas, etc.

Il a reçu plusieurs prix et bourses, y compris le Florida Department de l’Etat du Millénaire Prix de reconnaissance culturelle, une dotation Nationale pour la subvention des arts et la bourse du Miami Beach Conseil des arts. Il a été commissionné pour créer des œuvres d’art pour divers lieux publics. Betancourt est co-fondateur du projet 801, un studio centre d’art qui offre un espace pour des artistes visuels basés à Miami.

Marcus Lyon, né en 1965, est un artiste britannique. Ses travaux et publications font partie de collections privées et internationales — l’Art Institute of Chicago, le Conseil des Arts de Grande-Bretagne. Son travail a été exposé à l’étranger dans plus de 85 manifestations. Au cours de vingt-cinq ans de carrière, acclamé par la critique, il s’est construit une réputation comme portraitiste. Il a photographié de nombreuses personnalités publiques et notamment la reine Elizabeth II, Bill Nighy et les quatre derniers premiers ministres britanniques. Lyon a remporté de nombreux prix pour son travail — la médaille d’or B&H, Photographe Agfa de l’année, une nomination au Prix Pictet, une nomination d’argent de D&AD et cinq prix AOP.

Ses premiers travaux ont porté sur la question sociale à la suite d’un reportage. Il a réalisé de nombreux travaux autour des sujets comme le sport pour les personnes handicapées et les classes les plus défavorisées des pays en voie de développement avec un accent particulier sur les enfants des rues et le travail manuel. Au début du XXIe siècle, son travail a changé du micro au macro avec la formation à grande échelle des séries BRIC etEXODUS « explorations de l’expansion urbaine et la migration dans le monde moderne ». Ces dernières années, Marcus a entrepris d’importantes commissions de collaboration produisant des images à grande échelle dans le domaine de la science et de l’art.

Quentin Shih, de son vrai nom Shi Xiaofan, est un photographe chinois autodidacte qui partage son temps entre New York et Pékin. Quentin Shih réalise ses premiers clichés durant ses études universitaires. Une fois son diplôme obtenu, l’artiste s’installe à Pékin et démarre sa carrière en tant que photographe professionnel. De 2000 à 2002, il participe à de nombreuses expositions en Chine et aux Etats-Unis et commence à s’intéresser de très près et avec beaucoup de talent à la photographie publicitaire ainsi qu’à la photographie de mode. En 2008, Quentin Shih est sélectionné par Christian Dior pour participer à l’exposition Dior et les artistes contemporains chinois, au Centre d’art contemporain de Ullens à Pékin, à l’occasion des 40 ans de la maison. Depuis, Quentin Shih collabore étroitement avec la maison de couture Christian Dior, pour qui il met en scène, à travers ses séries, les nouvelles collections de la maison. Il travaille également avec d’autres grandes marques pour la publicité et la mode — Adidas, Sony Ericsson,IBM, Yahoo, McDonald’s, Nokia, Siemens, LG, Vogue, Harper’s Bazaar and Esquire, etc. The Stranger in The Glass Box et Shanghai dreamers.

Fruit d’un travail de collaboration avec la maison Dior, ses photographies sont la rencontre entre l’élégance française des années 1970/80 et la Chine puritaine. Quentin Shih a réussi à créer son propre langage et concentre son travail sur la relation entre les peuples, l’interaction entre la culture chinoise et la culture occidentale. Ces thèmes sont traités avec une certaine dérision et ses photographies, tirées en grand format, sont remarquables.

Miguel Angel Sanchez cherche à capter les instants de vie des gens qu’il rencontre au fil de ses voyages et aime notamment photographier les personnages de la rue, après avoir partagé un moment avec eux. Ancien photographe publicitaire à Madrid, il décide il y a deux ans de s’installer au Caire où il commence un nouveau travail plus personnel dans son propre studio photo. L’artiste est né à Madrid en 1977. Diplômé en sculpture, il est primé par la Communauté de Madrid pour son travail documentaire photographique.

Dans son travail, l’artiste se concentre essentiellement sur la lumière afin de recréer le clair-obscur semblable aux peintures espagnoles et italiennes du XVIIe siècle de Ribera ou du Caravage. De cette tradition ancestrale, il a repris les codes. Il peut en effet passer plusieurs jours avant de finaliser une prise de vue. Cette longue durée du processus de création est un véritable choix de l’artiste ; elle s’apparente à ce que pouvaient ressentir les peintres d’alors. On retrouve aussi dans ses images le contraste très net entre les parties sombres et claires, ce qui permet d’augmenter la tension dramatique et de donner davantage de relief au personnage. Il s’en dégage une sensation de proximité entre le personnage et le spectateur.

ATT000~11211

http://www.slash.fr/fr/lieux/inception-gallery  -  Lien externe  -

 

37, rue de Poitou
75003 Paris

T. 01 77 16 68 07 — F. 01 42 74 37 16

www.inceptiongallery.com

Saint-Sébastien – Froissart

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h

 

 

Posté par CASSANDRA78 à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 8 mai 2013

Precorded Universe

prerecorded_comm_sifichi_la_plinthe_HD_original_large

Mathias Delplanque, La Plinthe (OS . 034), Optical Sound, 2008Couverture de CD© Black Sifichi

 

Prerecorded Universe

Commence  le  19 avril → 6 juillet 2013

 

Brion Gysin, père de la Dreamachine, découvreur du cut-up, pionnier de la sound-poetry, a collaboré avec des créateurs et musiciens tout au long de sa vie, générant une œuvre complexe, expérimentale et protéiforme. Les outils du cut-up et des permutations viennent effacer le Verbe et ainsi remettre en question la sujétion aux imageries du contrôle dominant. Le son, la musique, permettent un accès plus direct, plus libre, à l’individu. Gysin maitrise les inventions techniques et les pratiques physiques pour reconfigurer son « mind » — esprit, connaissances et conscience de soi et du monde, réflexion. Il est encore un maître à penser pour de nombreux inventeurs culturels.

Prerecorded Universe, dont le titre évoque les cut-ups faits de bandes magnétiques, métaphores d’un monde préenregistré, que l’on peut découper, ré-assembler ou brouiller, présente des créations récentes d’artistes qui réactualisent l’investissement de Gysin à contester une réalité. Les perceptions sensorielles du temps et de l’espace y sont mises à mal, déjouées et recomposées. Des performances, une édition, une émission radio viennent apporter des alternatives à l’exposition et enrichissent ainsi son répertoire de formes, ses desseins et s’infiltrent vers d’autres publics.

Cette enquête expose, à la façon d’un sample, des filiations où se croisent le poète spoken word Black Sifichi, les musiciens Mathias Delplanque et Ramuntcho Matta, les artistes Pierre Beloüin, Fouad Bouchoucha, P. Nicolas Ledoux, les vidéastes Eric et Marc Hurtado, la compositrice-plasticienne Myriam El Haïk, les étudiants de l’ENSAPC et de l’école de Kaywon en Corée ou encore de nombreux groupes rocks, industriels, alternatifs.

 

20, rue Louise Weiss
75013 Paris

T. 01 43 38 49 65

www.ensapc.fr/ygrec

Bibliothèque François Mitterrand

Chevaleret

Horaires

Du mercredi au samedi de 13h à 19h

 

Posté par CASSANDRA78 à 21:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 1 mai 2013

Helmut Grill

enjoy_original_large

Helmut Grill, Enjoy, 2013Impression sous Diasec — 100 × 120 cm — Edition de 3Courtesy of the artist & Lili-Ubel gallery, Paris

 

Helmut Grill

Illusion

Commence demain : 2 mai → 8 juin 2013

L’exposition Illusion présente un choix d’œuvres entre ce que l’on voit et ce que l’on croit, pour nous pousser à notre propre questionnement.

Illusion, le romantisme et sauvage Jardin d’épicure, l’immense steppe africaine ou les icebergs de l’Antarctique, constituent le contexte inoffensif et étrange de ses constructions photographiques. Les détails qu’il y cache cependant, suscitent des questions, induisent en erreur, déroutent et même bouleversent. Pour Helmut Grill, les messages écrits sont particulièrement importants. Ils sont apposés au dessus de portes, lisibles sur des panneaux ou a découvrir dans l’œuvre, témoignant de l’humour ou de l’esprit critique de l’artiste. « The stupid are cocksure », peut on lire là ou se tient Hitler. « Blow me away » peut on lire sur le bandeau qui suit l’avion, « Don’t feed the fears » sur le lieux où se nourissent les artistes ou encore « Happy mess » . Les mots portent le spectateur à réfléchir ou à sourire.

Françoise Privat

 

42, rue de la Folie Méricourt
75011 Paris

T. 06 07 44 80 33                                                                      LIEN EXTERNE 

ATT000~11211

 

www.lili-ubelgallery.com

Oberkampf

Parmentier

Saint-Ambroise

Horaires

Du jeudi au samedi de 14h à 19h30
Et sur rendez-vous

 

Vernissage Jeudi 2 mai 17:00 → 21:00

 

Posté par CASSANDRA78 à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :